Blog dédié à la maladie de Lyme et à ses coinfections… Mon parcours.

Archives de la catégorie ‘Information aux médecins’

Information pour les médecins traitants…

Fondements de la Maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une maladie multisystémique provoquée par une bactérie spirochète appelée Borrelia burgdorferi (Bb), elle est la maladie la plus fréquente parmi les maladies vectorielles aux Etats Unis.

Les CDC (centres de contrôle des maladies américains) ont été informés sur l’apparition de 20.000 cas par an [Ndlr : il s’agit en réalité de 300 000 cas/an selon le dernier rapport des CDC qui date du mois d’août 2013 ! voir article publié par le CDC : http://www.cdc.gov/media/releases/2013/p0819-lyme-disease.html). Le CDC reconnait par ailleurs que 90% des cas ne sont pas diagnostiqués.[Adler, J. (2004).

Les tiques infectées qui transmettent Bb sont d’une taille très petite et leur piqûre peut passer inaperçue. La majorité des patients n’ont aucun souvenir de piqûre avant de tomber malade. La maladie de Lyme présente deux stades : précoce et tardif. Les patients peuvent présenter l’un ou l’autre, beaucoup de patients présentent dès le début des symptômes caractéristiques du stade tardif de la maladie de Lyme. Tout organe peut être touché, cependant, la bactérie s’attaque à la peau, les articulations, le cœur et le tissu nerveux y compris le cerveau.

Stade précoce de la Maladie de Lyme

Celui ci commence à partir de 3 à 30 jours après piqûre et il est identifié facilement par un érythème migrans (EM). L’aspect de l’EM peut varier. L’éruption la plus fréquent se caractérise par une lésion ovale, d’un couleur homogène. La lésion typique, en forme « d’œil de bœuf » représente moins de 20% des cas d’EM [Smith R et al, Ann Intern Med. 2002;136:421-428, Tibbles C, JAMA 2007; 297:2617-27.] 30% des patients n’ont présenté aucune éruption.[MMWR 56(23); 573-576] Les symptômes de type grippal  tels que la fièvre, la fatigue, les maux de tête, les myalgies, arthralgies et rigidité de nuque peuvent accompagner l’EM ou bien ils peuvent aussi être la seule évidence de la maladie de Lyme au stade précoce. Steere A et al, Am J Med. 2003; 114(1):58-62].

Stade tardif de la Maladie de Lyme

Ce stade se développe au bout de quelques semaines voire des années plus tard et c’est la conséquence de la dissémination précoce de la bactérie de la Maladie de Lyme dans l’organisme. La dissémination précoce de la maladie de Lyme peut provoquer des éruptions cutanées multiples, paralysie de Bell, ou bien d’autres neuropathies crâniennes, méningite, syndrome de Bannwarths, problèmes cardiaques, lymphadénopathie et arthralgies. Sur certaines zones endémiques, la maaldie de Lyme est responsable de 50% des cas de paralysie de Bell chez les enfants. [ ook SP et al, Am J Otolaryngol 1997; 18(5):320-3].

Aux Etats-Unis, l’arthrite et les infections du système nerveux sont considérés comme une forme tardive et disséminée de la maladie.

L’arthrite peut affecter n’importe quelle articulation, plus fréquemment les genoux. 60% des patients qui ne reçoivent pas traitement, développeront une arthrite. Parmi les problèmes neurologiques se trouvent les neuropathies périphériques sensorielles, les neuropathies motrices et crâniennes, la dysfonction autonomique, les troubles du mouvement, les maladies neuro psychiatriques et l’encéphalopathie.

On parle de neuroborréliose lorsque la maladie de Lyme atteint le cerveau. Entre 15% et 40 % des malades présentent des troubles neurologiques suite à l’infection. [Caliendo et al, Psychosomatics 1995; 36:69-74] La maladie de lyme au stade tardif peut être grave avec une morbidité importante et une réponse insuffisant aux traitements.

Symptômes

Les symptômes de la maladie de Lyme sont nombreux et variables; le schéma « rechute/rémission » apparaît fréquemment. La véracité des symptômes individuels a été documentée dans plusieurs rapports et études sur la maladie de Lyme.

Parmi les symptômes qui apparaissent fréquemment, on trouve les suivants:

* Fatigue extrême

* Migraines

* Fièvre persistante, frissons, sueurs nocturnes

* Douleurs musculaires et articulaires qui peuvent migrer

* Fasciculations et faiblesse musculaire

* Paresthésies et syndrpome de douleur neuropathique

* Troubles du sommeil

* Dysfonctionnement du nerf crânien

* Troubles psychiatriques – irritabilité, dépression, anxiété, crises de panique, trouble du déficit de l’attention, sautes d’humeur similaires au trouble bipolaire, crise de colère, TOC

* Perte cognitive, troubles de la mémoire, difficulté pour réaliser plusieurs tâches au même temps, processus mental lent, troubles de l’élocution et du langage, problèmes de concentration, perte de capacité de calcul, détérioration du processus visuel et de l’espace.

* Les enfants peuvent présenter un changement au niveau de leur comportement, diminution du rendement scolaire, maux de tête, fatigue, oublis, convulsions partielles et complexes, dépression et diagnostic erronée de trouble du déficit de l’attention primaire.

Malgré le fait que la symptomatologie de maladie de Lyme est similaire à celle d’autres troubles tels que la fibromyalgie, l’encéphalomyélite myalgique, la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique précoce, la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, des troubles psychiatriques, les personnes atteintes de la maladie de Lyme, en général présentent des symptômes qui ne sont pas typiques de ces maladies. Donner un sens aux multiples symptômes devient un défi cependant il faut considérer les symptômes qui apparaissent sans relation car ils peuvent être liés à une neuropathie autonome sous-jacente ou encéphalopathie.

L’examen physique dans la maladie de Lyme

Les personnes atteintes de la maladie de Lyme peuvent présenter des anomalies lorsque les examens sont réalisés d’une manière minutieuse. Néanmoins ces examens peuvent aussi présenter peu d’anomalies ou même aucun résultat anormal dans certains cas. Par ailleurs, il convient également de réaliser des analyses neurologiques, dermatologiques et rhumatologiques détaillés. 

La serologie de la Maladie de Lyme

Borrelia burgdorferi  est une bactérie de culture difficile, pour cette raison les tests sérologiques visent à détecter la présence d’anticorps. En 1995, dans le but d’uniformiser la procédure d’analyse et l’interprétation du test Western Blot, le CDC publie des lignes directrices pour la conduite des analyses de laboratoire pour détecter la maladie de Lyme [MMWR 1995; 44:590-1]. Le CDC recommande un algorithme de test à deux niveaux.

Tout d’abord, la première étape, un test par méthode ELISA ou d’immunofluorescence est effectué, si un résultat positif ou équivoque est obtenu, la seconde étape aura lieu et un test Western Blot IgM et IgG sera réalisé. Les résultats négatifs obtenus lors de la première étape considérés tels quels et ceci ne donnera pas suite à la seconde étape. Le but de cette normalisation est d’établir des paramètres afin de confirmer par test de laboratoire dans le but de surveiller les cas confirmés de maladie de Lyme, autrement dit,  ces tests n’ont pas pour objectif le diagnostic clinique de la maladie Mead P. CT Dept of Public Health Hearing Jan 29, 2004].

Le test à deux étapes ne marche pas

Le test Elisa utilisé pour le stade 1 de la maladie, n’est pas assez sensible pour être utilisé comme test de dépistage. [Trevejo R, JID 1999; 179:931–8.] Le Western blot présente plus de spécificité, cependant, après le stade 1, il y a une diminution de la sensibilité. Les bandes comprises dans les schémas d’interprétation du Western Blot ont été choisies pour des fins statistiques mais pas dans le but de diagnostiquer. [Dressler F. JID 1993; 167:392-400.]. Compte tenu de l’état actuel des tests de diagnostic, la maladie de Lyme, comme beaucoup d’autres maladies, devrait être diagnostiquée d’abord, à partir des signes cliniques.

house test

Publicités